Calamité, bénédiction

http://66.102.9.132/search?q=cache:D4hsERRDS_kJ:contes-et-histoires-zen.blogspot.com/2009/02/les-chevaux-du-destin.html+CONTES+%2Bcalamit%C3%A9,+b%C3%A9n%C3%A9diction&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-aUn paysan menait son travail, lent et laborieux, jour après jour, saison après saisons, patiemment, tout au long des chemins alanguis de sa campagne. Un cheval l'aurait bien aidé à couvrir plus aisément la route sinueuse qui reliait son village sans âge au bourg le plus proche.
Justement ! Aujourd'hui il se rend à la foire aux bestiaux. A force de travail, de patience et de jours il va réaliser son rêve : acheter une jument. Belle, la plus belle : robe luisante, jarret ferme, longue crinière souple. Il s'en revient au village et les voisins viennent admirer, questionner, examiner cette bête superbe qu'ils flattent avec envie :
- Belle bête. Tu as dû y mettre le prix ...
- Oui, répond notre paysan dans un soupir, mais avec le sourire. Je n'ai plus un sou.
Et il en rit. Tout heureux et fier d'avoir une si belle jument à installer dans son écurie. Paille neuve, litière épaisse, mangeoire garnie, tout est prêt pour l'accueillir. L'homme bichonne sa bête et va se coucher, le sourire aux lèvres.

Le lendemain, il va ouvrir le box ... mais la porte est fracassée, la litière éparse, le licol arraché ... la jument s'est enfuie. Et avec elle tous ses espoirs, ses rêves d'une vie meilleure, la récompense de son travail acharné ... Les voisins viennent, regardent, commentent, le plaignent ou se réjouissent secrètement :
- Bah, mon vieux Toine ! Quel manque de chance ! Tu as tout perdu en une nuit ... Les temps sont durs. Que vas-tu faire ?
- La nuit succède au jour, le jour à la nuit. Il va bien me falloir accepter. Vivre. Espérer. Mon ciel était clair, il se fait sombre. Mais qui sait ? On dit bien : A quelque chose malheur est bon ...

Passe un printemps. Un beau matin, la jument revient à la ferme. Elle n'est pas seule. A son côté, un étalon, aussi beau qu'elle : il est vif, racé, pur sang à n'en pas douter. Les voisins accourent, ouvrent de grands yeux, s'étonnent, admirent bruyamment, et envient le paysan qui avait perdu une belle jument mais se retrouve maintenant avec trois chevaux ! Oui, trois ! car la jument est pleine !
- Quelle chance ! En or massif ! Tu es né sous une bonne étoile ! Chanceux ! Heureux homme ! Veinard ! Tu es béni, tes prières ont été entendues ! Tu l'as retrouvé ta belle jument ... un étalon et bientôt un poulain en plus ! Trop la chance !
- Mon ciel était gris, il s'éclaire, voilà tout, dit le paysan. Un jour il pleut, un jour il fait beau temps. Attendons demain. Si Dieu le veut ...

Quelques mois passent. Son fils se met en tête de dresser l'étalon. Il l'a apprivoisé déjà. Il le monte. Le cheval, fougueux et fier, le désarçonne, le jette bas si brutalement que son bras est meurtri, sa jambe cassée. Tout le voisinage accourt. Cris, lamentations, jérémiades, bras au ciel ...
- Ah, quel malheur ! Et comment vas-tu faire ? Et qui t'aidera aux champs ? Sale bête ! C'est un cheval marqué par le diable ! On t'aura jeté un sort ...
- Calamité, bénédiction ... comment savoir ? Attendons demain.

Trois jours passent. Des soldats viennent au village. Ils poussent avec force et bruit les portes des fermes.
- C'est la guerre ! L'ennemi est aux frontières ! Nous avons besoin de tous les bras, de tous les hommes : Aux Armes !
Tous les hommes sont réquisitionnés. Même les jeunes gens sont pris. Mais on regarde le fils éclopé avec pitié. Couché avec une attelle à la jambe et un bras en écharpe ... Il ne pourra pas partir comme les gars de son âge qui marchent, inconscients, le front haut, fiers de défendre son pays. On le plaint même. Certains le toisent avec mépris : un incapable, un estropié ... D'autres l'envient : qui sait qui reviendra ... quand ? et dans quel état ?
- Adieu l'ami ! Garde nos femmes et veille sur les enfants !
La troupe s'éloigne d'un pas cadencé. Le paysan dit à son fils :
- Bénie soit cette belle bête qui t'a joliment démoli. Rentrons, la soupe refroidit. Mangeons. Nous verrons bien de quoi demain sera fait.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas...
Malheur ou Bénédiction ? Qui peut le dire ?

LIVRE_anime1.gifSources :

  • Adaptation personnelle du conte "Calamité, bénédiction" in Henri Gougaud : Le livre des chemins, contes de bon conseil pour questions secrètes, Albin Michel, 2009, p 110-112


  • Petits_contes_zen Ce texte est un grand classique du taoïsme, et dans cette version courte, il est tiré de Petits contes zen de Jon J. Muth (chez Circonflexe), un joli album illustré avec délicatesse et accessible aux enfants. "Zen" est un mot japonais qui signifie tout simplement "méditation".



D'autres contes sur le même thème :

  • «Le roi Batcha et les fourmis», conte Tibétain, in Luda : 365 contes de gourmandise, Gallimard Jeunesse/Giboulées, 1999, pages du 23 au 25 janvier
  • Le petit malin, in Ré et Philippe Soupault : Histoires merveilleuses des Cinq Continents, Ed Seghers, 1985, épuisé, p 211. Réédité en 1990.
  • Le clou, in J. et W. Grimm : Contes, volume II, Flammarion, coll. Grand Format, 1986, p 423