Michel : nous a lu une nouvelle de Maupassant : La Ficelle. Texte publié dans Le Gaulois du 25 novembre 1883, puis publié dans le recueil Miss Harriet en ligne ici. Une nouvelle, plus qu'un conte, à l'humour grinçant ... C’est jour de marché dans le bourg normand de Goderville où se rend un paysan, maître Hauchecorne. Maître Hauchecorne ramasse un petit morceau de ficelle, sous les yeux d’un bourrelier avec lequel il est fâché. Plus tard, un crieur public fait savoir que quelqu’un a perdu un portefeuille. Maître Hauchecorne est accusé d’avoir trouvé et conservé le portefeuille. Convoqué chez le maire pour s’expliquer,on ne peut rien retenir contre Hauchecorne, mais il n’arrive pas non plus à prouver son innocence. Tous ceux qu’il rencontre alors sont persuadés qu’il a conservé le portefeuille. Le lendemain, un valet de ferme restitue le portefeuille qu’il a trouvé sur la route ; maître Hauchecorne se croit enfin délivré. Mais plus il raconte son récit, plus les autres croient qu'il cherche à se justifier et qu'il a fait rapporter le portefeuille par un tiers. Cette ficelle devient une obsession ; maître Hauchecorne finit par tomber malade. Ses derniers mots sont encore pour clamer son innocence : c’est «une ‘tite ficelle» ... (http://guydemaupassant.mes-biographies.com/La-ficelle.html)


Joris (11 ans) : Ti-Jean_et_la_Belle-sans-connaître_Michel_OCELOT La belle sans connaître de Michel Ocelot : Ti Jean et la Belle sans connaître, Nathan - Coll. Les contes de la nuit, 2011, 43 p., ISBN : 978-2-09-253463-2 (album broché). Ce conte fait partie des contes présentés dans le film d'animation "Dragons et Princesses" sorti en 2010. Cette série de courts métrages d'animation en ombres chinoises (papier découpé) réalisée par Michel Ocelot est composée de dix contes. Les albums de la collection "Les contes de la nuit" présentent ''Des contes merveilleux et féériques avec des illustrations en papiers découpés et en ombres chinoises. Ti Jean et la Belle-sans-Connaître et un conte philosophique drôle avec un héros indolent et insolent !

Aux Antilles, Ti Jean, un jeune garçon, se promène tranquillement dans le morne. Comme il fait très chaud, il s'abrite dans une grotte qui va le mener directement… au Royaume des morts !
Il salue deux vieilles femmes occupées à ronger des os, puis un vieil homme qui marche sur les mains et s'étonne de voir un être vivant ici.
- abeille_didierBier_http://www.flickr.com/photos/didier57/3000929764/sizes/s/in/photostream/ Tu as de la chance, dit le vieil homme, comme tu est le seul vivant ici, tu es le seul à pouvoir gagner la fille aînée du roi, et sa succession. Mais pour parvenir au roi, il y a trois passages à franchir, gardés par une abeille géante, une mangouste géante et un iguane géant. Ils sont méchants parce qu'ils ont faim et la fureur les rend énormes. __ mangouste_iota_fr_http://www.flickr.com/photos/iota_fr/6032982321/sizes/s/in/photostream/Comme tu es un bon garçon, je vais t'aider...
Mais, plutôt que de leur offrir de la nourriture empoisonnée comme lui a conseillé le vieil homme, Ti Jean leur offre de bonnes choses, puisqu'ils ont faim. Pour l'abeille géante, un bouquet d'hibiscus parfumés ; pour la mangouste la nourriture qui devait lui servir de pique-nique ; pour l'iguane, de savoureuses goyaves et bananes de son jardin.iguane_090713-2E8-9317MarineIguana
squelette_mainTi Jean arriv dans la salle royale où trône le roi des Enfers. Le roi le défie de triompher de trois nouvelles épreuves pour avoir la main de sa sublime fille, la Belle-sans-Connaître. Il doit retrouver les tortues dorées perdues par la princesse, puis un merveilleux diamant bleu perdu en se baignant, là où la mer bouillonne dans les rochers et les algues. Enfermé dans un cachot, Ti Jean est désespéré, mais bientôt, la mangouste, l’iguane et l’abeille qu’il a rassasiés viennent lui apporter leur aide... La mangouste, qui a retrouvé sa taille, rassemble grâce à son flair les onze tortues manquantes (en un an de recherches les serviteurs n'en avaient retrouvé qu'une), l'iguane, qui a repris sa taille habituelle, lui aussi, a retrouvé le diamant bleu dans le ventre d'un poisson et l'apporte à Ti Jean dans son cachot. Pour la troisième épreuve, il s'agit de reconnaître la fille aînée du roi mais elle ressemble comme une goutte d'eau à la fille cadette qui ressemble comme en tous points à la fille cadette qui ressemble à s'y méprendre à la fille aînée ! L'abeille, de taille normale maintenant, se pose sur le nez de la Belle-sans-Connaître ...
__ Ti Jean a réussi toutes les épreuves et ne passera pas au grand hachoir. Le roi lui propose d'épouser La Belle-sans-Connaître, mais Ti Jean refuse : que ferait-il ici au pays des morts quand on l'attend chez lui ! Gouverner le Pays des morts ?! Jamais de la vie ! C'est le Pays des vivants qui m'intéresse ! Épouser une fille que je ne connais pas ? Il n'en est pas question ! D'ailleurs, j'ai une petite amie au pays, et j'ai bien envie de revoir ma doudou ... Salut, la compagnie !

Illustrations :


Pour en savoir plus :

  • Le résumé des dix contes est ici et sur wikipedia.
  • Un interview de Michel Ocelot : Conteur de la nuit, propos recueillis par Adrien Sene, en ligne sur Evene.

- Qu'est-ce qui vous plaît dans la forme du recueil d'histoires courtes ?
- Ils me permettent de jouer au conteur ! Ce format, le cérémonial du prologue au théâtre qui explique l'histoire à venir, les multitudes de récits, tout cela crée un plaisir particulier que l'on n'a pas avec un long-métrage. Et je n'abandonnerai pas ce plaisir. D'ailleurs, il y a encore plein d'histoires à raconter !


Carole et Juliette (3 ans) : PLOUF_Philippe_CorentinPlouf ! de Philippe Corentin, Plouf !, L'école des loisirs, 1991, réédité en 2010, un album au format inhabituel, illustré avec humour, et conté à deux voix par Carole et Juliette qui ponctuait le récit de ses rires et ses observations. Un loup confond le reflet de la lune avec un fromage et se retrouve prisonnier dans un puits. Il invite un cochon trop gourmand à partager son fromage ... Les seaux font ascenseur à balancier ... Le cochon réussit à sortir en trompant les lapins. Mais le loup approche ... Que vont faire les lapins ? ... Et qui pour finir va se retrouver dans le puits ???

Voilà, c’est l’histoire d’un loup qui a très faim, mais alors très, très faim. Un soir, au fond d’un puits, il voit un fromage. Il se penche pour l’attraper. Il se penche, il se penche et plouf ! Il tombe dans l’eau. Il s’aperçoit alors que le fromage... PATATRAS ! Voilà le seau !... Il s’aperçoit donc que le fromage n’était que le reflet de la lune. Il est furieux, il est trempé, il a froid, et il ne sait pas comment remonter.

Un cochon approche. Le Loup l'invite à descendre : Cochon
- Eh ! Je suis bien, ici. Il fait frais et tout et tout, et il y a un gros fromage. Tu peux venir, si tu veux...
HOP ! Le cochon descend. Et HOP ! Le loup remonte. Il va pouvoir attraper le cochon... Non ! Le cochon, gras comme un cochon, descend trop vite. Raté !
- Ah ! le cochon ! » dit le cochon qui s’aperçoit que le loup lui a menti.

Rire de Juliette : Oh ! Le cochon ... et là ... la grenouillegrenouille_http://www.maxi-gif.com/gif-anime-grenouilles/grenouilles/gif-anime-grenouilles-t1r6c118d36.html

Une famille de lapins passe par là ... lapins_sauvages
- Ah, ça ! Mais qu’est-ce que tu fais là ? demande le père lapin.
- Eh ! Je suis bien, ici. Je me baigne, je nage, je plonge... Je m’amuse beaucoup dans ce puits à carottes...
Un puits à carottes ! ... Hop ! Les lapins descendent. Et hop ! Le cochon remonte.
Brrr ! Les lapins ont froid. Ils claquent des dents, et pas une seule carotte évidemment... Ah ! Des pas.

Juliette : C’est le loup. Le loup du début, celui qui avait très, très faim.

- Hi, hi ! Qu’est-ce que vous faites là ? ricane le loup.
- Oh, là, là ! Tu ne peux pas savoir comme on est bien, ici...
- Taratata ! C’est ça... C’est ça... et je parie qu’il y a un gros fromage, hein...
- Non, il n’y a pas de fromage, mais il y a plein de lapins à manger... Tu n’aimes plus ça ?
Le loup, oubliant toute prudence, saisit la corde et se jette dans le puits. Ça y est ! Les lapins remontent. Le loup essaie d’en attraper un au passage

Juliette : Il attrape une chaussure Oooooh ! une chaussure de lapin ... Oooooh ! RATE !

PLOUF ! a fait le loup en tombant dans l’eau. OUF ! font les lapins en arrivant là-haut... Et BOUM ! fait le seau.

Juliette : ... sur la tête du loup ! Oooooh Ouille !

Un petit régal cette histoire contée à deux voix ! Et Juliette a bien vu la grenouille dessinée à chaque page, au fond du puits. Une petite grenouille, surprise, apeurée, agacée, étonnée, catastrophée, qui finira par déménager, mais je ne vous dirais pas comment ... Plongez vous aussi dans ce puits très visité en feuilletant PLOUF !, un album au texte vif et amusant et aux illustrations irrésistiblement drôles : une lecture réjouissante à deux niveaux. Et maintenant, nous attendons avec impatience le prochain conte de Carole et Juliette ...

Pour en savoir plus :

  • Le texte intégral de cet album est disponible en fichier PDF sur le site Materalbum et d'autres ouvrages de Philippe Corentin y sont présentés : tous aussi réjouissants les uns que les autres.
  • Quelques pistes d'exploitation ici (Materalbum) ou là (Académies de Toulouse, Orléans Tours, Versailles).


D'autres versions plus anciennes !

  • Jean de La Fontaine : Le Loup et le Renard - Livre XI - Fable 6, en ligne ici
  • Le roman de Renart, Branche IV : Ysengrin dans le puits. Ysengrin, le loup, éternel ennemi de Renart, est toujours dupé ... Le Roman de Renard est un recueil de récits médiévaux français des XIIe et XIIIe siècles. En ligne ici. En voici un résumé :

Une fois de plus, Renart bâille de faim. Sa détresse est extrême. Il ferait pitié à qui pourrait le voir. Mais la chance guide ses pas près d'une abbaye. Il se glisse silencieusement dans une cour et dévore trois poules. Tout ravigoté, il s'arrête devant le puits du couvent. Il se penche au dessus de la margelle, et se met à observer son visage qui se reflète dans l'eau... il croit reconnaître les traits d'Hermeline, son épouse. Il l'appelle, et voici qu'une voix, qui remonte du puits, lui répond ! Et sans réfléchir davantage, tout à la pensée de retrouver sa femme, notre Renart met ses pieds dans un seau et voila qu'il descend. L'autre seau monte. Aussitôt arrivé au fond, il comprend son erreur. Quel miracle pourrait bien l'en sortir! Et quelle mort cruelle et solitaire l'attend !
Ysengrin, le loup, cherchait aussi cette nuit-là, un peu de nourriture, torturé par la faim qu'il était. Son chemin le conduit, par le plus grand hasard, devant le puits. Il se penche au-dessus, et découvre Renart qui pour se sortir d'affaire en attirant Ysengrin, affirme être au Paradis. Il lui présente le seau comme la balance du bien et du mal. Quand le bien est assez lourd, il descend, et le mal reste en haut.
Renart_Ysengrin_http://membres.multimania.fr/moirenart/roman.htmSans plus attendre, Ysengrin attire le seau vers la margelle, et se jette dedans avec fracas. Comme il est le plus lourd, il s'enfonce rapidement. Au milieu du puits, dans le plus grand vacarme, les deux compères se rencontrent.
Ysengrin interpelle Renart : Ami, pourquoi donc t'en vas-tu? Le Seigneur t'aurait-il déjà chassé du Paradis?
Et Renart de répondre : Comprends-moi bien : Quand un seau va, l'autre vient. Je vais là-haut en Paradis; Et toi, tu vas en bas, en enfer. J'ai échappé au diable, et tu tombes dans son piège! Bien le bonsoir, Ysengrin
Et Renart, tout joyeux remonte la terre.
Savez-vous comment ce pauvre loup s'en tira ? Le lendemain, le cuisinier du couvent vient puiser de l'eau, et l'aperçoit au fonds du puits. Se voyant découvert, Ysengrin fait le mort. Les moines le remonte, et profitant d'une minute d'inattention, il file, et jure une fois de plus, de se venger du goupil.


Michèle :Bibert_Bruno_Cochon renifleur _ Lapin muet Le lapin qui ne disait rien de Bruno Gibert : Histoire du lapin qui ne disait rien in : Histoire du cochon renifleur de sommeil et autres fables, Ed. Autrement, 2010, ISBN : 978-2-7467-1468-7. Ce recueil contient des contes animaliers mettant en scène des personnages loufoques : une oie qui n'aime pas son nom, un lapin muet, une poule râleuse, un renard pas si rusé que ça... et un mystérieux cochon renifleur de sommeil.... Pourquoi les enfants ne veulent-ils jamais aller se coucher ? Que faire d'un cadeau d'anniversaire affreux ? Que fait un poulet rôti dans le jardin ? Voici sept contes réjouissants, peuplés de personnages étonnants et fantaisistes, dont un lapin muet ...

Dans la ferme, le poulet piaule, l'âne brait, le canard cancane, le dindon glougoute, la pintade cacabe, le porc grogne, le coq coquerique ... Dans la cour, le chien aboie et court après le chat qui miaule. Dans le bois, le rossignol gringotte, le hibou bouboule, le renard glapit. Dans le ciel, l'hirondelle gazouille, les fauvettes zinzinulent, les grives babillent. Au bord de la rivière les grenouilles coassent. Dans l'herbe semée de fleurs les abeilles bourdonnent et même les souriceaux chicottent... Et le lapin ... le lapin ...
lapin_gris_animéLe lapin ne dit rien !!!
Quand on l’interroge, il secoue la tête. On l'emmène chez un célèbre docteur qui ne trouve rien. Il s'adresse au lapin d'une voix forte en soulevant ses longues oreilles :
- M'entends-tu bien au moins !
Le lapin prend un crayon et écrit: Oui ...
Il sait écrire ... ! On lui achète des stylos et des cahiers qu'il remplit d'histoires. Il est publié. Il passe à la télé. Il est traduit en plusieurs langues. Il reçoit plusieurs prix : "Le prix des lecteurs de feuilles de choux", "Le premier prix de la carotte dorée" ... et même un prix international : "Le grand prix de la betterave".
- Comment fais-tu ? lui demande l'âne.
Le lapin répond (par écrit) que, pour lui, c’est facile de remplir des pages et des pages. Depuis le temps qu’avec ses grandes oreilles il entend grogner, coqueriquer, boubouler, chicoter, meugler, trisser, cacarder, piauler, glouglouter, aboyer, miauler, gringotter et braire, il a plein d’histoires à raconter et largement de quoi écrire des romans ...


Quelques mots difficiles :

  • GRINGOTTER (v. n.) 1. En parlant des petits oiseaux, fredonner. Un serin qui gringotte. 2. Familièrement. Il se dit des personnes qui fredonnent mal. (Le Littré 1880). synonymes : chanter, chantonner, fredonner, gazouiller, murmurer.
  • ZINZINULER (v. n.) : Chanter, crier en parlant de certains oiseaux comme les fauvettes ou les mésanges


Pour en savoir plus :

  • Les cris des animaux : ici, voilà de quoi étoffer ce conte et pouffer de rire ...
  • Le petit Gibert illustré, Albin Michel, 2010, 17,90 euros ... quelques définitions sont à savourer ici, comme celle-ci : COPAIN n.m. Personne avec qui on partage le pain. Seulement la mie si c’est un ami.


L'auteur :
Bruno Gibert est né à Vincennes en 1961. Il a suivi les cours de l'école des arts appliqués Duperré. Il est illustrateur de livres pour enfants. Il écrit également des romans pour adultes et pour enfants. Après Claude (2000) qui a obtenu le prix du Premier roman, il a publié Les Écrivains (2002), Le sol de Mars (2003, Juste né (2005) et aussi un dictionnaire d'un style bien particulier Le petit Gibert illustré (2010).

Viviane :Contes_1001_Nuits_Crémille_1992 Histoire du petit bossu, Contes des 1001 nuits, Editions de Cremille, diffusion François Beauval, 1992 : un conte à l'humour macabre ... une enquête policière singulière et désopilante ...
Résumé de Viviane :

Un jour, à l'époque des sultans de Casgar, au fin fond de la Tartarie, un petit bossu est venu chanter devant la boutique du tailleur. Le tailleur qui aimait sa femme et voulait lui faire plaisir, a demandé au petit bossu de venir prendre un repas chez lui et de chanter pour sa femme. Le Petit bossu accepte.
La femme a préparé un repas de poisson et le petit bossu s'étouffe en avalant une arête : il meurt avant qu'on puisse faire quoi que ce soit.
Le_petit_bossu_Sabine_Du_Fay_2010Le couple effrayé à l'idée qu'on puisse les prendre pour des assassins et qu'on les pende, décident de l'emmener chez le médecin juif, leur voisin. Ils sonnent à la porte, la servante accepte la pièce d'argent pour soigner le petit bossu. Le tailleur et sa femme installent le corps en haut des escaliers. Le médecin arrive en courant dans le noir et butte contre le corps qui dégringole. Le médecin constate le décès et de dit : J'ai fini de tuer ce pauvre homme. De peur de de faire condamner et d'être pendu, il transporte le petit bossu avec l'aide de sa femme : en passant par les terrasses, ils descendent le petit bossu par la cheminée du musulman pourvoyeur du sultan en huile, beurre ...
Quand le musulman arrive au petit matin et voit l'homme debout adossé à la cheminée, il le prend pour un voleur et le roue de coups ... jusqu'à ce qu'il constate sa mort ... Il se voit déjà pendu . Il charge le corps sur son dos et va jusqu'au bout de la rue. Personne en vue ... et le pose debout, appuyé au mur devant une boutique.
Quelques temps avant le jour, un marchand chrétien qui venait de faire la fête (il avait les moyens, car il était lui aussi un riche pourvoyeur du sultan), sort de chez lui pour aller au bain. Il était un peu ivre et chancelant. En passant, il bouscule le petit bossu, toujours appuyé au mur devant sa boutique, et le reçoit sur le dos : il croit que c'est un voleur qui l'attaque, le roue de coups de poings en criant : Au voleur ! Au voleur ! Il m'attaque !.
Le garde, attiré par les cris, constate la mort du petit bossu : Ah, ah ... Un chrétien qui assassine un musulman !. Il traîne le marchand chez le lieutenant de police. Toutes les mesures sont prises pour le jugement.
Le sultan donne sa sentence : la pendaison. Le_petit_bossu_Jugement Le moment de l'exécution sur la place publique arrive. Il y a foule. Mais au moment de le pendre, le pourvoyeur musulman vient se dénoncer : il annonce que c'est lui le meurtrier.
La corde change de cou, mais au moment de la pendaison du musulman, le médecin juif arrive et prie instamment le sultan de suspendre l'exécution (c'est le cas de le dire ...) et il se met à raconter ce qui s'est passé : les escaliers, la chute, le constat du décès ...
La corde change de cou à nouveau ... mais au moment crucial, on entend la voix du tailleur qui se repend amèrement des désagréments causés aux trois personnes précédentes alors qu'en réalité, le coupable est une arête de poisson.
- Lâche le Juif, et met la corde autour du cou du tailleur ! ordonne le lieutenant.
Pendant ce temps, le sultan de Casgar qui se languissait, demande après son bossu... le petit bossu était en fait le bouffon du sultan ... On lui apprend ce qui est arrivé : le petit bossu est mort, on veut pendre son assassin quand arrive un autre homme qui s'accuse à sa place, puis un autre, et encore un autre !!! Le sultan intrigué, ordonne de sursoir à l'exécution et qu'on lui amène les accusés, le corps du petit bossu et le juge.
Arrivés devant le sultan, le juge se prosterne et raconte les événements un à un : le chant, l'invitation du tailleur turc, l'arête de poisson, le médecin juif, la chute dans les escaliers, le transport sur les terrasses, puis dans la cheminé du musulman, qui le frappe à mort croyant que c'est un voleur, puis s'en débarrasse devant la boutique du marchand chrétien ...
Le sultan a trouvé cette histoire si singulière qu'il a demandé à son historiographe de l'écrire et il renvoya en paix le tailleur, le médecin juif, le pourvoyeur musulman et le marchand chrétien.

Quelque soient le métier ou la religion, on peut avoir "une tête d'assassin" ... si les apparences sont contre soi... C'est ainsi qu'un petit bossu, bouffon professionnel, joua sa dernière farce et quitta la scène en faisant rire le sultan une dernière fois, jusque dans sa mort ...

Pour en savoir plus :

  • Le texte intégral de ce conte, 105° nuit, traduction d'Antoine Galland, est sur Wikisource, ''La bibliothèque libre''
  • Cette histoire a fait l'objet d'un album édité récemment : Sabine Du Fay : Le petit bossu, Editions Le Sorbier, 2010, ISBN : 978-2-7320-3951-0. * * Présentation et résumé de Ricochet-Jeunes.org. La page de couverture sert d'illustration dans le résumé.
  • Pour "réviser" ce conte et voir si vous avez tout compris : un jeu en ligne sur Courelle 2 . En bas de page, cliquez sur le palais pour répondre au questionnaire sur l'histoire du Petit Bossu .



Abessia : Le_tresor_des_contes_1_POURRATLe souhait exaucé d'après Henri Pourrat, Les souhaits sans fin in Trésor des contes, livre XIII, Omnibus, 2009. Nous connaissons tous de nombreuses variantes de contes où il faut choisir (avec plus ou moins de bonheur) ses souhaits. Trois la plupart du temps. Abessia nous a fait découvrir une autre contre, un peu tiré par les cheveux ...

Une petite fille, fine et proprette arrive près d'une fontaine. Or, sur la pierre, se tenait, toute croppetonnée, une vieille, mais si vieille qu'elle avait dû naître deux jours avant le monde ...
- Bonjour ma mie. Où vas-tu ?
- Madame, je vais chercher des noisettes. voulez-vous venir avec moi ?
La vieille n'a rien d'une dame mais la petite pressent qu'elle n'est pas ordinaire.
- Rien ne presse. assieds-toi près de moi.
- Maman m'a dit de ne pas traîner.
- Assieds-toi deux minutes. tu marcheras mieux après.
- Dis, ma mie, n'aimerais-tu pas avoir des escarpins plutôt que des sabots ?
- J'en aurais à ma communion.
- N'en veux-tu pas tout de suite ? dis-moi ce que ton cœur désire et je te le donnerai.
- Je peux demander deux ou trois choses ?
- D'abord, je voudrais des escarpins. Des massepains. Que ma petite sœur qui boite marche comme tout le monde.
Cheveux-Etolane-http://www.flickr.com/photos/Etolane/4920632813/sizes/s/in/photostream/Puis, le pays de ses désirs s'est étendu, elle a souhaité à perte de vue : toutes les friandises qu'elle connaît, un miroir, une ceinture dorée, une robe de brocart couleur de rose, un mouchoir brodé de fil d'argent, une âne gris sellé en velours écarlate, des ciseaux de vermeil ...

La liste des souhaits est longue ... 27 !! dans le texte d'Henri Pourrat. Et chacun -ou le public- peut y mettre les siens ...

Les souhaits lui venaient à l'esprit tout ronds, tout pétillants, l'un n'attendant pas l'autre, comme les bulles dans la fontaine d'eau qui pique, partant de ce fond en bourbe couleur de rouille. Tout s'accumule autour d'elle... - Autant que tu voudras. Pour chacune, je te prendrai un cheveu. Et les cheveux partaient ... A chaque coup un cheveu, un cheveu à chaque coup ... Elle passe la main sur sa tête, mi-étonnée, mi-affolée elle se regarde dans la fontaine... Elle est chauve ! La vieille lui a pris tous ses cheveux. Elle défaille, les forces lui manquent. Elle reprend ses esprits peu à peu. Rien ne reste autour d'elle de qu'elle a souhaité... SAUF ... sa tête chauve... En pleurs, elle se prépare à partir. Elle voit alors près d'elle une belle dame au doux regard.
- Pourquoi pleurez-vous, ma petite ?
- Madame, j'ai le cœur si gros ... mes cheveux ... mes souhaits... tous partis...
- Je vois que vos souhaits ont failli. Mais de tous ceux-là, s'il n'en avait qu'un à garder, lequel garderiez-vous ?
- Que ma petite sœur guérisse de sa jambe.
- C'est bien souhaité. Et puisqu'il faut qu'on paye tout ce qu'on obtient du sort, vous ne paierez le souhait que qu'un seul cheveu.
La petite sent un picotement, met la main sur la tête ... tous ses cheveux (sauf un) sont revenus. La belle dame a disparu. Et qui vient à sa rencontre ? La petite sœur ! En courant, en criant : Ma jambe est guérie !

Tric, trac, troc !
Le conte is chabo !
Ai planta un bros
Per un autre cop

Photo de Etolane (Paternite-Pas d'utilisation commerciale-Pas de modification)

L'auteur :
Ce conte merveilleux n'est pas dépourvu d'humour, à l'image d'Henri Pourrat qui disait si bien :
"La vie sans farces, c'est comme un voyage sans auberges."
« Le Conte permet de restaurer l’harmonie du monde »

Poète, romancier et conteur français, Henri Pourra (1887-1959) ne quittera jamais cette Auvergne où il est né. Malade dès son adolescence, il mène une vie de retraite et se consacre à la littérature. Pourrat réunit en douze volumes du Trésor des contes, publiés de 1948 à 1962, tous les contes qu'il a entendus au cours de longues années de promenades dans la montagne, restituant avec le mystère et le charme des veillées toute la vie dont longtemps ils ont été porteurs, et qui peu à peu se perd. Aussi, les contes sont-ils sans doute la part la plus originale de son œuvre. (Antoine Compagnon Encyclopaedia Universalis)

La collecte d'Henri POURRAT qui s'étale sur plus de cinquante années, a donnée les treize volumes originaux du Trésor des Contes (édités entre 1948 et 1962). A la fin des années 1970, une réédition sous la direction de Claire Pourrat, la belle-fille de l'auteur, classe en sept volumes ces contes par thème. Une récente édition en deux volumes des treize volumes initiaux contient près de 1000 contes peuplés de sorcières et de brigands, de loups-garous et de rois-cordonniers. (POURRAT Henri, Le Trésor des Contes, France Loisirs, 2009, tome I : livres I à VI, 1313 p & tome II livres VII à XIII, 1583 p) (POURRAT Henri, Le Trésor des contes - Coffret en 2 volumes, Presses de la citée, 2009, 3 000 p.

D'autres souhaits :


Quelques contes d'Henri Pourrat en ligne :

  • "Le souhait exaucé" et ses commentaires sur le site de "Parole active" : Jusqu'à ce jour, le Mensuel a publié 15 contes de souhaits. Avec "Savez-vous pourquoi les certains hommes ressemblent à des ours ?", "Les quatre souhaits du petit sapin" et "Nounours", publiés ce mois-ci, cela en fera 18, rassemblés en un tiré à part.
  • La rate blanche, La perdrix et le renard, Le pinson de mai, Le mariage difficile (Au Paradis, il y a de la place pour les malheureux mais pas pour les imbéciles), Les deux mals mariés, Le conte du bouc communal ici
  • Le loup et l'escargot in : Henri Pourrat, "Le trésor des contes", Livre XII, 1962, Omnibus, 2009. Ce conte a été donné par Abessia le 19 février 2011 (en ligne ici).
  • Le conte de cric et crac in : Henri POURRAT, "Le trésor des contes", Tome II, livre VII (1ère édition 1956), p 9, Ed France, Loisirs, 2009. Nom d'un cochon ! ce conte a été donné par Viviane le 23 janvier 2010 (en ligne ici).
  • La soupe bien salée in : Henri Pourrat, "Le trésor des contes", tome I, livre II, p 415. Conté par Viviane le 23 janvier 2010 (en ligne ici).



Patricia : Histoires_merveilleuses_des_5_continents_SoupaultLes filles de l'oranger, conte d'Iran, adaptation personnelle du texte de Ré et Philippe Soupault, Les filles de l'oranger in : Histoires merveilleuses des cinq continents, Seghers, 1985 épuisé, réédité en 1990. Ma version s'est enrichie de quelques personnages rencontrés au fil du chemin des contes, puisque ce conte a voyagé depuis l'Orient jusque chez nous en passant par -au moins- sept montagnes, comme dans le conte ...
Résumé : Un jeune prince part à la conquête de la fille de l'oranger ... mais le jardin est gardé par des génies. Le prince réussi à leur échapper en jetant des épingles et une poignée de sel. Lorsqu'il ouvre la première orange, une belle fille en sort, lui demande de l'eau et du pain et meurt car il n'a rien préparé pour elle. Pour la seconde, il n'a pas prévu assez. Il arrive enfin à garder la septième. Le prince part en avant pour préparer son accueil au château mais, pendant ce temps, une servante à la peau aussi sombre que son âme prend la place de la Belle de l'oranger. La traîtresse finira par être dévoilée et le prince retrouvera sa princesse.

Le conte : vous pourrez lire ce conte librement adapté à ma façon (des quartiers d'orange, un zeste de citron, beaucoup d'eau, et le goût acidulé de quelques génies) dans l'article ''Les filles de l'oranger''. Vous y trouverez aussi les sources de ce conte et quelques variantes.