Menteries :

Le roi des menteurs :

  • Le berger qui eut la fille du roi pour une parole, conte recueilli par François-Marie Luzel, dans Contes populaires de Basse-Bretagne, éditions Maisonneuve et Larose. En ligne ici
  • Le roi qui mentait et le garçon qui eut la fille du roi pour une parole in :" Conte d'Islande", Les plus beaux contes du monde, éd. Gründ,
  • Le roi des menteurs, Alain Le Goff, Les_plus_beaux_contes_de_conteurs_SYROS"Les plus beaux contes de Conteurs", Édition Syros, 1999. A lire dans l'article Contes et Menteries
  • Le meunier qui voulait gagner une pita, conte bulgare, Nicoloff A., "Bulgarian folktales", Cleveland ed. Assan Nicoloff, 1979, p 186-187 traduit par Isabelle Lafonta, "Histoires de pains et de gâteaux" Flies Frace, 2003. Concours de mensonges ...
  • 14 menteries racontées par des parents à leurs enfants pour avoir la paix ... ici


http://humour.niooz.fr

Toujours plus grand :

  • Le taureau, Bruno de la Salle,Bruno-de-la-Salle_Le-conteur-amoureux "Le conteur amoureux", Édition Syros, 1995, p 47. La nouvelle édition est augmentée du texte de La Chanson des Pierres, épopée contemporaine qu’il a créée et mise en scène entre 2004 et 2006. Résumé :

Trois frères héritent d'un taureau. Ils l'amènent à la foire aux bestiaux. La route est longue, le temps s'allonge, le taureau aussi ....Un taureau si grand que les trois frères doivent se placer l'un à la tête, l'autre le long des flancs, le troisième à la queue ... Un aigle emporte le taureau. L'aigle niche sur un petit pré carré qui est en fait une corne carrée d'un bélier. L'aigle fait tomber un os qui irrite l’œil d'une bergère qui croit avoir reçu une poussière. Les médecins naviguent 10 ans dans l'océan de cet œil et trouvent un omoplate de taureau qu'ils jettent. La pluie cesse (plus de larmes) mais un tremblement de terre secoue le désert : c'est l'os qui est tombé ... Un renard le ronge. Les frères tuent le renard mais ne peuvent ramener qu’une moitié de sa peau (trop lourd). Au village une jeune mère prend la peau pour faire un chapeau à son bébé, mais elle ne couvre que la moitié de la tête, alors elle part chercher l'autre moitié... Qui est le plus grand : l'enfant, la mère le renard, la bergère, le bélier l'aigle, ou le taureau ?

  • L'arbre le plus haut, Cercle des menteurs 1_ JC CarrièreJean-claude Carrière, "Le cercle des menteurs", Plon, 1998, p 237.

Un voyageur ayant fait le tour du monde et contait les merveilles qui l'avaient ébloui :
- Dans un port lointain, j'ai vu un bateau si vaste qu'un jeune mousse partant de la poupe arrivait à la proue avec des cheveux blancs.
Alors un de ceux qui l'écoutaient lui dit :
- ça n'a rien de surprenant. Dans une forêt, non loin d'ici, je connais un arbre si haut qu'un oiseau doit voler pendant dix ans avant d'en atteindre la cime.
- Quel mensonge ! s'écria le voyageur. un arbre pareil, ça n'existe pas !
- Alors, avec quoi fait-on le mât de ton bateau ?



Histoires sans queue ni tête

  • Ma tête, conte turcContes Turcs - Pertev Nailî Boratav collecté par Pertev Naili Boratav, "Contes turcs - Dans la nuit des temps", Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2008. Résumé :

D'un melon sortent trois garçons ... dans la poche du garçon nu j'ai trouvé trois sous ... au marché ils vendaient une pastèque grosse comme une échalote, impossible à soulever ... en voulant récupérer mon canif je me suis enfoncé tout entier ... un type m'a giflé et ma tête s'est détachée ... on s'est disputés et on s'est retrouvés devant la porte du juge qui n'était pas chez lui. Il avait grimpé dans l'arbre à lentilles pour les cueillir ... Rapportez 40 feuilles de papier, 40 brassée de plumes de roseaux, une échelle à 40 échelons ... Pendant que le juge descendait l'échelle s'est cassée, le juge est mort et la tête m'est revenue !


Des réparties au bon moment :

  • La grand-mère qui savait tout, Contes-Russes_Grund_1975Contes russes, Gründ, 1975. Résumé :

Il y avait une fois, une petite vieille très intelligente. La seigneur la fait venir pour résoudre un énigme : où est passé la bague de son épouse ? Elle se plaint tout le long du trajet, et le cocher l'entendant marmonner sans cesse serviteur, conduire se sent découvert : c'est lui qui a volé la bague. Il arrête la voiture, se dénonce et offre 100 roubles en promettant de remettre la bague. La petite vieille lui demande simplement où est la bague et empoche les 100 roubles.
Arrivée au château, elle fait semblant de chercher et en profite pour visiter. Elle trouve finalement la bague dans l'écurie et le seigneur lui donne 100 roubles et l'invite à déjeuner. Il lui demande de deviner l'oiseau qui sera servi, afin de juger de son intelligence. La petite vieille grommelle entre ses dents : Voilà ce qui arrive quand une corneille de village s'installe dans le salon d'un seigneur qui fait le beau comme un paon ! et c'est bien une corneille rôtie et un paon qui sont servis.
Pour le chemin du retour le seigneur ordonne de cacher une caisse d’œuf sous le siège de la voiture, pour voir si la vieille va deviner. Mais elle tient à rentrer à pied : Voyager comme une dame n'est pas mon habitude ! assise dans cette voiture toute capitonnée de velours, j'aurais l'air d'une poule qui couve ses œufs, j'aime mieux aller à pied. Le seigneur est émerveillé : Vraiment, cette petite vieille a réponse à tout !

  • Le conte des folles réponses, Henri Pourrat, Tresor_des_contesLe Trésor des Contes, vol. 1. et aussi dans "La queue du Diable", Gallimard, coll. 1000 soleils, 1974. En ligne ici.

Le métayer doit une jolie somme à son propriétaire. Son fils, un garçon plein de réparties, gagne sa dette en expliquant les paroles énigmatiques qu'il adresse au propriétaire venu récupérer son argent :
- Mon père ? Il est à faire un trou pour en boucher un autre.
- Ma mère ? Elle cuit la fournée du pain que nous avons mangé la semaine passée.
- Ma sœur ? Elle se tient les côtes du rire qui lui a pris l'an dernier.
- Mon frère ? Il enterre des vivants pour faire pousser des morts.
- Moi ? Je suis un garde-culottes !
Une vraie famille de fous ! Le propriétaire met au défi le garçon de s'expliquer, et joue 60 écus, la valeur de la dette...
- Facile ! Le père est allé emprunter à un riche fermier pour payer son métayage - La mère cuit une fournée pour rendre les pains empruntés la semaine dernière - La sœur est en train d'accoucher de l'enfant conçu au bal de la Saint Jean - Le frère retourne un champ de trèfles pour semer de l'avoie - Et moi, je suis garde-culottes, car si je ne retiens pas mon chien ...
Le monsieur regarde le chien, regarde le drôle, c'est qu’il n'a pas l'air de plaisanter .. et remet la dette. Il s'en retourne chez lui en se disant qu'il y a des jours comme ça, où il vaut mieux rester chez soi !



Quand les crêpes tombent du ciel :

  • Quand les crêpes tombèrent du ciel, 365 contes pour tous les âges_Bloch_Gallimard"365 contes pour tous les âges", Muriel Bloch, Gallimard Jeunesse, 1995. d'après un conte populaire russe, Mirra Ginsburg, Père Castor, Flammarion, 1992. ecoles.ac-rouen.fr/circmarom/file/Maternelle/lescrepes.pdf
  • Les boutons d'or, Paul Sébillot, Littérature orale de la Haute-Bretagne. Trame semblable mais c'était le jour où j’ai pondu deux œufs, et où il a tombé du lait-ribot.



Coutumes insolites et mal comprises :

  • Le soleil la lune et Corbeau, fils de corbeau, texte de E. Warner, adaptation de J de Pass, "Les plus belles légendes de la mythologie russe", Nathan, 1986.
  • Le soleil, le croissant de lune et le corbeau,Afanassiev_Contes populaires russes_MaisonneuveLarose_1999 Les Contes populaires russes d’Afanassiev - Tome I, Ed. Imago, 2009.

Un vieux paysan renverse un sac de grains de seigle en rentrant après sa journée de travail. il se fait aider par corbeau, fils de corbeau pour l'habileté de son bec, lune pour l'éclairer la nuit, le soleil pour le réchauffer au petit matin. Mais en échange il accorde successivement la main de ses trois filles. Il n'ose rien dire à son épouse jusqu'au jour où les trois filles disparaissent.
Pour réconforter sa femme, il rend visite au soleil où sa fille fait cuire les crêpes en posant la poêle sur la tête de son mari. Il veut faire de même en rentrant chez lui ... sans succès.
Puis il rend visite à Lune qui éclaire la pièce en glissant son doigt dans une fente du bois. Il veut faire de même ... sans succès.
Pour échapper aux récriminations de son épouse il part vite rendre visite à corbeau, fils de corbeau qui l'invite à dormir sur une branche d'arbre, emmitouflé sous son aile. Il a très bien dormi et veut faire de même chez lui : il s'accroupit sur le perchoir des poules, mais dès qu’il ferme les yeux il tombe et cela fait une drôle d'omelette !

Chute de l'histoire ...

Histoire avec queue mais sans tête :

  • Le nombril à plumes,Praline GAY-PARA_Contes à jouer du chapeau_Syros conte du Japon, Praline Gay-Para,"Les plus beaux contes de conteurs, Syros 1999, et plus récemment dans "Contes à jouer du chapeau", paroles de conteurs, Syros, 2009. inclus dans le CD audio"La petite fille nounou". A écouter ici. Résumé :

Un homme fait la sieste sous un arbre et écoute, émerveillé un oiseau : il lui demande de se poser sur son doigt puis sur sa langue. il écoute, transporté de bonheur, il en oublie de respirer .... mais quand il reprend son souffle, il avale l'oiseau. Le voilà prit de terribles démangeaisons. D'abord il se gratte comme un monsieur bien élevé, puis comme un pouilleux, comme un fou : il s'arrache les vêtements, la peau et découvre au beau milieu de son nombril trois plumes. Il veut les arracher, mais cela provoque une montée de notes pétillantes comme des bulles, et le chant de l'oiseau sort par sa bouche.
Tout arrive à temps dans les contes. Ce jour-là l'Empereur visite la ville. Tous se prosternent sur son passage : celui qui croise le regard de l'empereur aura la tête coupée. Voilà de longues rangées de derrière qui accueillent l'Empereur, sauf un homme planté au beau milieu de la rue.
- Coupez-lui la tête !
- Pas avant de savoir ce qu'elle sait faire !
et l'homme tire discrètement sur la queue de l'oiseau, et chante un chant si beau que même l'Empereur au cœur de pierre est séduit. Il lui donne deux sacs d'or.
L'homme, enfin riche, achète maison, vêtements, voitures et tout ce qui lui fait envie. Un soir un vieil homme arrive à vélo et dépose un tout petit sac gris couleur d’ennui sous son paillasson... On raconte que depuis quand notre homme s’ennuie, il tire sur la queue de l'oiseau entr’ouvre les lèvres et écoute le chant si beau qu'il vole dans l'espace et oublie tout ses soucis.
C'est bien la première fois dans l'histoire de l'humanité que se regarder le nombril a porté bonheur à quelqu'un !