Soirée Conte du 22 février 2014 chez Viviane

Contes_des_Sages_Afrique_Amadou Hampâté Bâ_Seuil_2004

Michel R. : Le pilon et le mortier ou "Le roi et le fou" conte Peul, Amadou Hampaté Bâ, "Contes des sages d'Afrique" Seuil, 2004. Le texte est en ligne sur la page facebook de "Contes d'Afrique" où vous trouverez d'autres contes qui sont autant de pas vers la compréhension de la société et des échanges entre humains. Cliquez ici.

Roi-Afrique_http://club.doctissimo.fr/linda-moni/rois-africains-216565/photos.html Au cœur
de la forêt
régnait un Roi despote appelé Hediala, nom qui signifie "angoisse". Chaque matin, la malignité de ce Roi produisait de quoi faire bouillir d’angoisse la cervelle de ses sujets. Ses conseillers avaient beau faire, Hediala, têtu comme une mule, avait décidé une fois pour toutes de torturer tous ceux qui faisaient parler d’eux. Sourcils toujours froncés, il ne levait le bras que pour frapper, n’ouvrait la bouche que pour insulter. Il demandait aux uns d’avaler des flammes, aux autres de lécher un couteau tranchant, et Dieu sait quoi encore !
Or, dans la région, vivait un homme réputé connaître beaucoup de choses. Chacun vantait sa grande sagesse. Il n’en fallait pas plus pour que Hediala veuille le tracasser : aussi le manda-t-il auprès de lui. Le jour de la rencontre, la foule nombreuse s’assembla, chacun tenant à assister à ce qui allait se passer.
- Il m’est revenu, dit le Roi, que tu te piques de tout connaître ?
- Seigneur, répondit le sage, je n’ai jamais prétendu à la connaissance totale. Je ne connais que ce que je sais. Et je sais qu’une goutte d’eau alors que ce que je ne sais pas est un océan immense.
-motier_pilon_Afrique_dogon_http://www.art-afrique-dogon.fr/mortier-pilon-dogon-ancien-africain.html Ah ! ah ! Tu ne sais donc rien et cependant tu fais le gros dos au milieu de tes prétendus élèves ! Eh bien, tu vas devoir faire un plongeon dans la petite goutte de ton savoir pour y trouver la réponse à cette question : quand on laisse tomber un pilon dans un mortier vide, le bruit qui en résulte vient-il du mortier ou du pilon ? Réfléchis bien et réponds, sinon je te ferai pendre immédiatement !
Le sage garda un moment le silence, puis il dit :
- Le bruit vient des deux.
- Mais dans quelle proportion d’intensité ? demanda encore le Roi.
Le sage, ne sachant quoi répondre, resta interdit. Hediala reprit :
- Dépêchons-nous, fameux sage dont la connaissance se situe en deçà d’un mortier et d’un pilon !
A ce moment, un fou écarta la foule et s’avança vers Hediala.
- Ô Roi ! s’écria-t-il. Aucun homme n’ayant été frappé de commotion cérébrale ne poserait pareille question, et pour y répondre il faut avoir l’esprit fêlé. Aussi est-ce moi qui vais te donner satisfaction.
En levant le bras, il assena au Roi une gifle si sonore que chacun l’entendit dans tout le village. Puis il éclata de rire :
- Eh bien, ô Roi ! Est-ce de ma main ou de ta joue qu’est sorti le bruit, et dans quelle proportion ?

Moralité : il faut souvent un fou pour instruire un despote.

Amadou Hampâté Bâ est né à Bandiagara, au pied des falaises du pays Dogon, et mort en 1991 à Abidjan. Historien, écrivain, conteur poète, penseur, frère des hommes, il est surtout connu en France pour la lutte qu’il mena à l’UNESCO, de 1962 à 1970, en faveur de la réhabilitation des traditions orales africaines en tant que source authentique de connaissance et partie intégrante du patrimoine culturel de l’humanité. (Seuil)

Illustrations :

  • Roi Africain : http://club.doctissimo.fr/linda-moni/rois-africains-216565/photos.html
  • Mortier et pilon : http://www.art-afrique-dogon.fr/mortier-pilon-dogon-ancien-africain.html



Patricia : Ça pourrait être pire Rocheman_Contes de Grand-pere Schlomo_Stoch_1990un conte de sagesse yiddish venu de Pologne, mais universel. Lionel Rocheman, "Les contes de grand-père Schlomo", Stock 1990. Texte à lire dans l'article Ça pourrait être pire ...
Résumé :

Dans un petit village de Pologne, il y a de cela fort longtemps, vivait une famille pauvre, mais riche d'enfants. … Il vivaient dans une seule et unique pièce, heureusement assez grande pour être séparée en deux. Les rayonnages d'une bibliothèque remplie du sol au plafond servait de cloison. D'un côté le tailleur et sa femme Malka y dormaient, le tailleur y cousait, Malka y cuisinait, tandis que de l'autre côté, dans un espace encore plus étroit, les enfants y dormaient jusqu'à leur mariage, le plus souvent deux par deux, tant l'espace était étriqué. Une dizaine de personnes âgées de quelques mois à 39 ans respiraient, dormaient, piaillaient, tétaient, s'agitaient, faisaient pipi et le reste, buvaient et mangeaient se chamaillaient et s'aimaient de part et d'autre de la cloison de livres. Et Malka se dit, que tout de même, son logis pourrait, pour le bien de tous, être un peu plus grand, une pièce de plus, par exemple. Son rêve d'un tel luxe tournait à l'obsession. Alors se sentant sur le point de "craquer", elle alla faire part de ce cruel problème au Rabbin du village. Cet homme pieux, connu pour sa science et sa sagesse, trouverait peut-être une solution ? … Mais les réponses du rabbin sont inattendues : il conseille à Malka de prendre des poules chez elle (pour que les enfants aient des œufs chaque jour), puis une chèvre (pour le lait), puis un chat qui chassera les souris, ce qui lui permettra de conserver la farine pour le pain, les galettes et les crêpes mais aussi les poussins et rendra d'humeur belliqueuse la chèvre jusque là paisible !!! Malka ne sait plus quoi penser, que faire, ni où elle habite. Il lui vient l'envie de mourir ... Heureusement le rabbin trouve la solution : elle se débarrasse des animaux et sa maison lui parait vraiment grande et tellement propre et tellement calme ...


Jacqueline : Le chevalier qui cherchait ses chaussettes Le chevalier qui cherchait ses chaussettes_Christian Oster_Ecole des Loisirs, de Christian Oster, Le chevalier qui cherchait ses chaussettes, coll. mouche à l'école des Loisirs, 2007. Un conte humoristique par ses anachronismes voulus, et le désarroi d'un chevalier qui ne peut suivre sa feuille de route (Délivrer la princesse - Tuer le dragon - Épouser la princesse) tellement il est perturbé par la perte de ses chaussettes ...
Résumé :

La journée a bien commencé. Le chevalier tire la fermeture éclair de son sac de couchage et se lève. Bien. Il s'habille. Mais il ne trouve pas ses chaussettes. Le chevalier était très ennuyé car il a un programme chargé : un dragon à tuer, une princesse à délivrer, plus encore deux ou trois choses imprévues... ce qui n'est pas facile quand on ne peut pas enfiler ses bottes. Impossible de se présenter comme ça devant la princesse, il lui faut absolument retrouver ses chaussettes. A défaut de trouver ses chaussettes, il part tuer le dragon, pieds nus, monté sur son cheval.
Nouveau programme : D’abord, délivrer le dragon, se dit-il ; ensuite, le trouver ; puis réveiller mes chaussettes ; enfin, combattre la princesse. Il bataille férocement contre le dragon quand il voit voler devant la grotte un canard coiffé d'une de ses chaussettes ...
- Attends un minute ! Je reviens ! Je vais d'abord récupérer ma chaussette.
Le dragon, tout dépité d'être planté là en plein milieu d'un si beau combat, accompagne le chevalier pour l'aider à récupérer sa chaussette, ça ira plus vite ... Il vole derrière le canard, crache et voilà le canard qui tombe tout rôti, mais la chaussette aussi ! Le chevalier n'est pas très content (pour la chaussette...). Très en colère il tue le dragon.
A ce moment précis il voit courir dans l'herbe un lutin coiffé de sa seconde chaussette ... il lui court après et réclame sa chaussette que le lutin avait "empruntée" parce qu'il avait perdu son bonnet. Il faut maintenant retrouver le bonnet du lutin pour l'échanger contre la chaussette.
Le chevalier - toujours sans chaussettes - et le lutin vont demander l'aide d'un magicien qui décide de cloner la chaussette pour que cela fasse la paire. Il la jette dans sa marmite fumante ... et il en sort... le bonnet du lutin ! Rien ne va plus ! Le chevalier ne sait plus trop ce qu'il doit faire : Tricoter des chaussettes, tuer la princesse, épouser le dragon ...
Il revient à la grotte où il y a un nouveau dragon, il le tue. Découvre la princesse attachée avec des chaînes. Pour passer le temps, elle tricote... des chaussettes !!! Elle lui sourit :
Tu as bien fait de ne pas me délivrer tout de suite : cela m'a laisser le temps de finir la seconde chaussette !


Radioroman à l'école François de Laval 2012 :

L'auteur : Christian Oster présente sa façon de ré-écrire les contes dans un interview mis en ligne par la BNF. Cliquer ici.


Viviane : Intelligence et bonté Histoires_du_soir_Grund_2012Un conte de sagesse qui nous vient de Suède in : "Histoires du soir - contes et légendes", Gründ. Résumé de Viviane :

Quand l'hiver est là, les paysans sont souvent sans occupation. Sauf l'un d'eux : ingénieux, il sculptait divers outils et surtout fabriquait des tonneaux si bien faits que les voisins proches et lointains ne voulaient que ceux-là.
Un jour, Tonneau_Traineau_http://www.erabliere-lac-beauport.qc.ca/blonde.htmil quitte la ferme en traîneau pour livrer un tonneau dans le village voisin où se prépare un mariage. Pour aller plus vite il traverse la rivière gelée quand soudain, des loups apparaissent. Loups_meute_http://belgarath.centerblog.net/rub-Le-loup.html Mais il n'a aucun soucis à se faire : son cheval est rapide et le traîneau solide. Il fait claquer son fouet et accélère son allure mais les loups le suivent toujours...
Au loin, il voit une sorte de tas de haillons..; mais il se rend vite compte que c'est une vieille femme boiteuse qui se dirige vers lui et vers la meute de loups.
Que faire ? Son esprit aiguisé par le danger lui suggère ceci :
- Si je passe à-côté d'elle avec les loups qui me suivent, ils vont se jeter sur elle et je serais ainsi très vite au village... Vieille_http://an-uhelgoad.franceserv.com/cadregouffre.htm
Mais sa conscience lui dit :
- Oui, mais si tu le fais tu ne dormiras plus jamais tranquille. Arrête-toi et sauve la !
Mais la mauvaise voix lui dit :
- Mais si tu la prends dans le traîneau, il sera trop lourd, cela va te ralentir et les loups vous rattraperons et vous dévorerons tous les deux...
Le paysan, qui n'était pas un mauvais bougre, décide quand même d'arrêter son traîneau et de faire monter la vieille dame. Et, effectivement, malgré le fouet, les loups commencent à rattraper le traîneau. Le paysan se prépare à mourir, hélas ! Mais la mendiante lui dit :
- Pourquoi ne pas jeter le tonneau, nous serions plus légers.
Le paysan s'apprête à défaire les courroies qui retiennent le traîneau quand il se dit :
- De toute manière, c'est trop tard. Mon cheval se fatigue. Nous n'arriverons jamais au village.
Mais il a une idée. Il dit à la mendiante :
- Mène le traîneau au village et raerbemène les hommes ici !
Puis il saute du traîneau Tonneau_http://blogue.saq.com/cellier/un-grand-oublie-dans-la-production-du-vin-le-tonnelier%E2%80%A6/et se cache dans le tonneau renversé. Les loups s'arrêtent, flairent le tonneau, tournent autour... ils griffent le bois mais le tonneau est solide. Bientôt le pays entend des coups de fusil, les loups s'enfuient.
- Tu vois, lui dit sa conscience l'intelligence permet d'échapper au danger, mais la bonté est aussi importante car elle réchauffe le cœur.


Illustrations :

  • Tonneau sur le traîneau : http://www.erabliere-lac-beauport.qc.ca/blonde.htm
  • Loups :http://belgarath.centerblog.net/rub-Le-loup.html
  • Vieille mendiante : gwrach - http://an-uhelgoad.franceserv.com/cadregouffre.htm
  • Tonneau : http://blogue.saq.com/cellier/un-grand-oublie-dans-la-production-du-vin-le-tonnelier%E2%80%A6/


A méditer ...

  • La véritable intelligence, c'est la bonté. Marcel Proust
  • L'intelligence sans bonté est une arme bien dangereuse. Françoise Sagan
  • Une intelligence sans bonté est comme un costume de soie porté par un cadavre. Christian Bobin
  • Il (Lorenzo) ne demanda rien et n'accepta rien en échange, parce qu'il était bon et simple, et ne pensait pas que faire le bien dût rapporter quelque chose. Primo Levi, "Si c'est un homme" (p.128)


D'autres contes sur la bonté dans l'article B... comme bonté.

Michèle : Le gland et la citrouille La Fontaine_Glad_Citrouille_http://lusile17.centerblog.net/11738-fable-de-la-fontainefable de La Fontaine, à lire sur le blog Les preferences de LUSILE. Le titre de la fable, " Le Gland et la Citrouille ", prête à sourire, mais la fable n'en traite pas moins d'un sujet sensible au XVII e siècle puisqu'il s'agit de l'ordre divin qui se manifeste dans la nature. L'enjeu de la fable est donc de contester cette harmonie de l'ordre divin, mais par le truchement d'un personnage ridicule et vain. D'où une difficulté pour en déduire une quelconque position de La Fontaine vis-à-vis de la religion. On se trouve en fait devant une esthétique ironique qui se dissimulerait derrière un retour à la simplicité de la croyance. (Etudier.com.)
Sources :

  • Cette fable est inspirée du « Recueil général des œuvres et fantaisies de Tabarin ». Elle répond à la question « Si la nature fait quelque chose de mauvais » dès les premiers mots : Dieu fait bien ce qu'il fait.
  • La Fontaine a pris son sujet directement au théâtre populaire. Le nom de Garo est certainement emprunté au Pédant joué de Cyrano de Bergerac.



Michel : Le Petit Cordonnier ou Sept d'un coup Michel a repris sa dernière création avec plus d'aisance. A lire ou relire dans l'article résumant la soirée du 25 janvier. Le récit a été simplifié, ce qui nous a permis de mieux suivre la quête du cordonnier qui avait tué 7 mouches d'un coup et délivre 7 princesses. Petite modification : le petit cordonnier soulève le couvercle en verre de Blanche-Neige, l'embrasse, ce qui la ramène à la vie, puis ils vont réveiller sa sœur jumelle, la Belle-au-bois-dormant (plus de cavaliers de l'Apocalypse) et l'histoire se termine dans un grand lit carré avec 7 princesses d'un coup !


Patricia : Le loup sentimental Le-loup-sentimental_Geoffroy-de-PennartUn conte détourné de Geoffroy de Pennart, Kaléidoscope, 1998. Le "grand méchant loup" devient un jeune loup, curieux de courir le monde, et muni d'une liste de ce qu'il peut manger (il est intolérant au lactose...) : La chèvre et ses chevreaux, le petit chaperon rouge, les trois petits cochons, Pierre et le Loup ... Mais à chaque rencontre, il n'a pas le cœur de dévorer ces personnages de contes connus par tous, car il l'attendrissent en lui rappelant sa famille : il les laisse partir. Trop sentimental, le loup... Il a de plus en plus faim et finit par frapper à une cabane perdue au fonds des bois ... et cette rencontre inattendue (ce vilain personnage ne figure pas sur sa liste) mais goûteuse va changer définitivement le menu du loup sentimental ... Dorénavant il mangera les ogres ! Un conte à lire sur le site de Cancoillote.