Les oiseaux des Tsiganes

Pascal Fauliot et Patrick Fischmann, Les oiseaux des Tsiganes, in : "Contes des sages tsiganes", Seuil, 2012. De larges extraits du conte, habillé aussi de quelques plumes personnelles...

nichoir_oiseaux_http://www.hellopro.fr/nichoir-2014171-fr-1-feuille.htmlFils du vent, il aimait écouter les oiseaux, libres comme l'air. Son passe-temps était la fabrication minutieuse de petits nichoirs de bois destinés à abriter les mésanges et les rouges-gorges, les pinsons, les moineaux.
Et puis comme il faut bien vivre, et si possible de ce qu'on aime faire, il allait vendre ses nichoirs aux marchés des villes et dans les châteaux. Les gens des villes étaient pressés, ils préféraient les chiens, les chats ou s'ils aimaient les oiseaux, ils les voulaient en cage. Beaucoup se moquaient du Tsigane :
- Tes nids douillets sont grands ouverts, vends-les donc aux oiseaux !
- Si tu veux en vivre, mon garçon, fais donc plutôt des cages !

Quand il eut fini sa tournée manquée, il rentra dans sa forêt, pauvre, affamé, accablé de ne pouvoir vivre de son art et de sa passion. Une mésange attirée par ses soupirs vint se poser et, comme il parlait la langue des oiseaux, il comprit son langage.
oiseau_mésange-bleue_http://toimichel.centerblog.net/2622-envolons-nous-avec-la-mesange-bleue Qu'as-tu, fils du vent, mon frère, qui te fait tant soupirer ?
Ils me disent tous de fabriquer des cages. Je suis le menuisier des bouvreuils mais pas un faiseur de prisons. J'en ai plein le coffre, personne, pas même pour une pièce, ne veut de mes petites maisons. Et pourtant elles sont si belles ! Que les grives et les rouge-queues m'en soient témoins.
- Tu devrais faire ce qu'on te dit. Comme un Tsigane, tu ferais semblant de fabriquer ce qu'ils veulent et tu n'en ferais qu'à ta tête. Tu glisserais entre les barreaux une petite mécanique si fine que seules nous autres les mésanges, et tous ceux des haies, pourraient voir et faire fonctionner.
Cage_envolEt le Tsigane conçut une cage pour s'évader. Une invention répertoriée nulle part mais qui fait encore la fierté des fils du vent. Il vendit tout et prit commande.
Mais lorsqu'il repassa un mois plus tard le Tsigane s'en retourna aussi pauvre et affamé qu'à ses débuts. Pas un seul acheteur ne voulait de ses cages. Même l'oiseleur qui avait doublé son chiffre d'affaires, trouvait qu'il était allé un peu loin ... Que voulez-vous, les gens des villes ont besoin de hauts murs pour se sentir en sécurité. A défaut de liberté, il leur faut posséder.
Barbe_blancheAlors que notre Tsigane s'en retournait à son campement, un vieillard à barbe blanche lui offre un bel oiseau qui entre dans la cage faite pour s'évader.
- Demande-lui ce que tu veux, il te le donnera.
- J'ai faim Apparurent un morceau de pain doré, un jambon, des galettes et une gourde de vin. Puis ce fut un beau cheval, des habits neufs ... Quant au voyageur, le vieillard à barbe blanche, disparu ! Envolé, comme un oiseau. Alors, le Tsigane reprit la route.

Quand il s'arrêta pour camper près du mur d'enceinte d'un château,Château_Ancien-chateau-Murs_http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ancien_chateau_Murs.jpg l'oiseau lui demanda ce dont il avait besoin :
- Demande ce que tu veux, je te l'accorderai.
- Il me reste du pain, du jambon et à boire. je n'ai besoin de rien d'autre. J'ai juste besoin de me reposer, une bonne sieste me fera du bien. Mais pour bien dormir, j'ai tout ce qu'il me faut : un beau ciel, de l'herbe fraîche l'ombre d'un bel arbre, et pour ce qui est du sommeil et des rêves, je peux les appeler moi-même ... il me suffira de bailler trois fois ...
Un laquais du château voisin, occupé à poser des collets, avait tout vu, tout entendu ... Le Tsigane dormait au pied d'un chêne. Le laquais s'approche de l'oiseau et lui demande de l'or, des diamants. Accordé ! Le laquais partit en courant, semant des diamants-paillettes dans l'herbe. Le prince qui flânait par là, suivit les traces... Le laquais fut interrogé, le Tsigane réveillé et conduit au château. Le prince voulait savoir où était le grand trésor caché des Tsiganes. Mais à peine l'oiseau fut-il séparé de son maître qu'il devint gris et comme flétri, tout ramassé sur lui-même. Le prince ne put rien en tirer. Il finit par le rendre au Tsigane qu'il fit emprisonner dans les sous-sols du château.
Dans la cellule il s'aperçut qu'il y avait déjà une jeune fille, Tsigane elle aussi. Elle lui rappelait l'oiseau généreux à sa première visite. Elle lui raconta que ce pays était un pays de malheur car le prince était obsédé par son trésor tsigane, enfermant la jeunesse et la beauté dans un trou. Il était devenu fou. Comment pouvait-elle lui révéler le secret : il ne l'accepterait jamais ! Le trésor tsigane ? c'est le voyage !
L'oiseau avait retrouvé sa taille, ses couleurs et toute sa magie : il faisait apparaître de quoi manger et boire et allumait des bougies qui faisaient danser l'espérance. L'oiseau revivait. Le prince le reprenait et il avait beau crier sur tous les tons Dis-moi où est le trésor gitan !, l'oiseau restait muet et perdait tous ses charmes. De nouveau il dépérissait. Le prince le ramenait au tsigane en montrant le poing Vous finirez bien par avouer sinon vous ne reverrez jamais le soleil !, et ça recommençait ... jour après jour ...

van-gogh_Les-roulottes-campement-de-bohémiens_wikimedia
Une nuit, le vieillard à barbe blanche apparut dans le cachot et rendit leur liberté aux deux jeunes gens.

Au palais, des myriades d'oiseaux plus éclatants les uns que les autresChâteau_Morimont_ruines_http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mur_du_ch%C3%A2teau_du_Morimont.jpg se chargeaient de rendre les pierres à la nature : les salles du château se changèrent en clairière, les arbres poussaient dans les allées, les altesses erraient en guenilles. Et les oiseaux chantaient, chantaient ... comme des Tsiganes ... à moins que ce ne soit le contraire ...

Notre monde trop fermé est une cage mal assurée dont s'échappe l'insaisissable oiseau tzigane...

Carte_gitans_roulotte_http://www.lejardindutemps.com/article-le-cirque-tzigane-romanes-france-inter-du-27-9-2010-57897428.html

Illustrations :

  • nichoir : http://www.hellopro.fr/nichoir-2014171-fr-1-feuille.html
  • mésange : http://toimichel.centerblog.net/2622-envolons-nous-avec-la-mesange-bleue
  • murs du château : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ancien_chateau_de_Murs.jpg
  • le campement : Van Gogh, Les roulottes, wikimedia
  • ruines : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mur_du_ch%C3%A2teau_du_Morimont.jpg
  • carte des déplacements du peuple tsigane de l'Inde en Europe et au-delà : http://www.lejardindutemps.com/article-le-cirque-tzigane-romanes-france-inter-du-27-9-2010-57897428.html. Pour en savoir plus, consulter l'article "Peuples de légende, légendes d'un peuple".


Proverbe :
Comme le dit le proverbe : Il vaut mieux être oiseau de campagne qu'oiseau de cage.

Poème :
Jacques Prévert, Pour faire le portrait d'un oiseau, in : "Paroles", 1946 : Pour faire le portrait d'un oiseau / Peindre d'abord une cage / avec une porte ouverte ... à lire ici ainsi que d'autres poèmes sur les oiseaux.

Histoire : Les oiseaux de compagnie
Depuis plus de 4 000 ans, l'homme élève des oiseaux pour son plaisir. On a retrouvé différents types de cages utilisées dans l'Antiquité. Celle des Égyptiens de la vallée du Nil étaient rectangulaires, alors que plus à l'est, les peuples de l'Indus les préféraient cylindriques. L'art et la culture antiques fourmillent d'allusions aux oiseaux domestiqués. Les grecs n'ignoraient pas la faculté qu'ont certains oiseaux d'imiter la voix humaine, mais, avant l'expédition d'Alexandre en Inde, les perroquets étaient pour ainsi dire inconnus en Europe. A Rome, on pouvait inscrire son perroquet à des cours d'imitation de la voix humaine. On raconte aussi qu'un cordonnier contemporain de Tibère (14-37 après J.C.) possédait un corbeau capable de réciter la généalogie de l'empereur. En Europe, les oiseaux de compagnie égayaient les cours et vivaient généralement dans les appartements de la reine. (http://amicalementbirds.over-blog.com/article-25896713.html)

Veillons à ce qui sort des nos propres cages

ges_mur_http://indulgy.com/post/qZxPSOSfA1/mur-de-cages-great-idea-for-my-wall-on-my-bacLes hommes sont comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est rempli d'une multitude de petites cages, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.
Les oiseaux noirs, ce sont les mauvaises pensées et les mauvaises paroles.
Les oiseaux blancs, ce sont les bonnes pensées et les bonnes paroles.
Les oiseaux blancs, en raison de leur forme, ne peuvent entrer que dans des cages d'oiseaux blancs, et il en va de même pour les oiseaux noirs, qui ne peuvent nicher que dans des cages d'oiseaux noirs.

Maintenant imaginons deux hommes qui se croient ennemis l'un de l'autre. Appelons-les A et B.
Cage_oiseau noir_http://www.mandellia.fr/stickers-muraux/stickers-cage-a-oiseau,20111302747_vbo.htmlUn jour A est persuadé que B lui veut du mal, se sent rempli de colère à son égard et lui envoie une très mauvaise pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir et, du coup libère une cage correspondante. Son oiseau noir s'envole vers B et cherche pour s'y nicher, une cage vide adaptée à sa forme.
Si, de son coté, B n'a pas envoyé d'oiseau noir vers A, c'est à dire une mauvaise pensée, aucune de ses cages noires ne sera vide. L'oiseau noir de A sera obligé de retourner vers sa cage d'origine, ramenant avec lui le mal dont il était chargé, mal qui finira par ronger et détruire A lui-même.
Mais, imaginons que B a, lui aussi émis une mauvaise pensée. Ce faisant, il a libéré une cage où l'oiseau noir de A pourra entrer afin d'y déposer une partie de son mal, et y accomplir sa mission de destruction. Pendant ce temps, l'oiseau noir de A volera vers B et viendra loger dans une cage libérée par B. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à détruire les deux hommes auxquels ils étaient destinés... Une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d'origine, car il est dit que "toute chose retourne à sa source". Le mal dont ils étaient chargés n'étant pas épuisé, ce mal retournera contre leurs auteurs et achèvera de les détruire. L'auteur d'un mauvais souhait, d'une mauvaise pensée, est donc atteint à la fois par l'oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir, lorsque celui-ci revient vers lui.
Cage_oiseau blanc_http://www.mandellia.frLa même chose se produit avec les oiseaux blancs. Si nous n'émettons que de bonnes pensées envers notre ennemi, alors que celui-ci ne nous adresse que de mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous, et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs de bonnes pensées que nous lui aurons envoyées, s'ils ne trouvent aucune place chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l'énergie bénéfique dont ils étaient porteurs. C'est pour cela qu'il faut toujours bénir ses amis et ses ennemis. Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour accomplir sa mission, mais encore elle revient vers nous, un jour ou l'autre avec tout le bien dont elle était chargée.



Proverbe :
Comme on dit en Chine : On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d'y faire leur nid. Il n’est pas possible d’éviter tous les problèmes et malheurs. Cependant il faut savoir résister et être prêt lorsqu’ils se présentent.

D'autres contes avec des cages

  • L'oiseau de pluie : Monique Bermond, Père Castor, Flammarion jeunesse. L'oiseau bleu qui chante annonce la pluie. Une fois en cage, il ne pleut plus et la sécheresse menace. En ligne ici.


  • L'oiseau en cage ou Le roi et l'oiseau : j'ai entendu une version de ce conte soufi de la bouche de Michel Hindenoch. Un perroquet, trés aimé est considéré comme faisant partie de la famille. Chaque jour son maître lui parle, le nourrit. ITrès attentif à ses besoins, il lui demande ce dont il a besoin. Chaque jour l'oiseau lui demande la liberté. L'homme refuse toujours. Un jour l'homme part en voyage dans le pays où son oiseau a été capturé ; l'oiseau lui demande de donner de ses nouvelles à ses frères là-bas. Arrivé dans la forêt l'homme trouve les frères de l'oiseau, décrit et explique ce qu'est une cage et comment vit le petit oiseau et là le chef des oiseaux tombe raide à ses pieds... Il pense qu'il était de la famille de l'oiseau qu'il a chez lui. En rentrant chez lui l'homme raconte tout à son oiseau qui à son tour tombe raide de son perchoir... l'homme pleure la perte de son oiseau, ouvre la cage et le place sur la fenêtre, dans un rayon de soleil, espérant le ranimer. L'oiseau s'envole en le remerciant d'être allé voir ses frères : ''ils m'ont donné la solution pour m'échapper!". Une version en ligne ici ou . Ce conte est librement adapté de la tradition Soufi. II est attribué à Djalal al Din Rumi.


  • Les prisonnières : conté le 20 décembre 2009, chez Viviane. L'union fait la force in : Nicola BAXTER, 80 histoires autour du monde, Ed. Piccolia, 2002. Des colombes se trouvent prisonnières, enfermées bien serrées dans le filet d'un oiseleur. L'une d'elle, de plus grande expérience peut-être, apaise ses compagnes et leur dit : "Ne vous affolez pas ! il suffit que nous prenions chacune une maille du filet dans notre bec, nous allons nous envoler toutes ensembles et le filet s'envolera avec nous, et nous pourrons nous échapper." http://thumbs.dreamstime.com/thumb_1/1095358377LLX7XS.jpgC'est ainsi qu'elles emmenèrent le filet haut dans le ciel et purent s'échapper d'un coup d'aile, toutes ensemble. Une variante donnée par Patricia :Un autre jour, ce furent des perdrix qui se trouvèrent prisonnière du filet. L'une d'elle qui avait un peu voyagé, cria plus fort que les autres : "Ne vous affolez pas ! J'ai vu des colombes se libérer d'un même filet : il suffit que nous prenions chacune une maille du filet dans notre bec, et le filet s'envolera avec nous, et nous pourrons nous échapper.". Ce fut un beau tohu-bohu, criailleries, chamailleries, et cris en tout genre ... "Mais qui c'est celle-là qui veut nous commander ?" "C'est moi la plus ancienne : suivez-moi !" "Et pourquoi elle ? c'est moi qui ait le plus de famille ici !" "Non, faites comme moi !" etc. Faute de pourvoir s'accorder, de suivre une seule direction, le filet est retombé sur elles toutes ... et elles sont restées prisonnières ...


  • Le Rossignol et l'Empereur de Chine : un conte d'Hans Christian Andersen, paru en 1843. Comme souvent dans les contes d'Andersen, il y a là une métaphore : on ne peut s'approprier le talent d'autrui, et l'empereur qui croit pouvoir posséder un oiseau au chant aussi mélodieux que le véritable rossignol, doit déchanter avec son oiseau mécanique, simple imitation d'oiseau. A lire ici.


  • Le bonheur prisonnier : un grillon prisonnier est libéré par un petit garçon. A découvrir dans l'article B... comme Bonheur prisonnier. Jean-François Chabas, illustrations de David Sala, Le bonheur prisonnier, Les albums Casterman, 2011, ISBN : 978-2-203-03056-5. Dans la cuisine du jeune Liao pend une petite cage d’or renfermant un grillon. Mais pas n’importe quel grillon. Celui-ci apporte bonheur et prospérité dans la maisonnée. Un jour, apitoyé par le sort du petit captif, l’enfant décide d’ouvrir la cage pour libérer l’insecte sans imaginer un seul instant les conséquences de son geste…


  • ''Le tigre, le brahmine et le chacal'' : cette fois-ci c'est un tigre qui est en cage ... Le brahmine ouvrit la porte de la cage et laissa sortir le tigre, mais, dès que celui-ci fut dehors, il sauta sur le brahmine pour le manger. Mais le brahmine supplia tellement le tigre que celui-ci finit par consentir à attendre jusqu'à ce qu'ils eussent consulté les cinq premières personnes qu'ils rencontreraient.. En ligne ici.